Vous avez une question ?
Nous sommes là pour vous répondre !

Les familles encore plus fragilisées face à l’inflation

Les familles face à l’inflation : une enquête de l’Uraf Bourgogne-Franche-Comté

Première région rurale de France, territoire où les températures hivernales les plus froides sont fréquemment relevées, la Bourgogne-Franche-Comté se caractérise par des besoins individuels importants pour le chauffage et la mobilité. Face à l’augmentation des prix et à la nécessaire sobriété énergétique liée à la situation géopolitique, le réseau Uraf-Udaf a lancé en janvier 2023 une enquête d’envergure pour mieux appréhender les conséquences de l’augmentation des prix de l’énergie sur le mode de vie des habitants.

891 ménages ont participé à la nouvelle enquête de l’Observatoire de la famille. Elle met en avant les difficultés présentes et à venir. Les familles avec enfants sont particulièrement fragilisées face à l’inflation croissante.

 

Des ménages qui réduisent leur niveau de consommation y compris pour des biens essentiels

4 à 5 ménages sur 10 déclarent une situation financière difficile. Plus d’un sur 10 estiment qu’elle est même dure voire très dure. Ce sont surtout les familles avec enfants qui décrivent ces fragilités. Pour beaucoup, l’augmentation des prix s’est traduite par une baisse de leur niveau de consommation. Les renoncements sont nombreux et multiformes. 34% indiquent avoir des difficultés à se nourrir convenablement, 39% à se déplacer, 24% à payer leur loyer ou prêt immobilier, et 30% renoncent même à des visites chez des proches.

L’inflation engendre un important sentiment de frustration et conduit à des difficultés de santé et à un isolement social plus ou moins prononcé.  Ses retombées concernent l’ensemble de la société.

 

Un inconfort dans le logement qui s’installe

Au cours des 3 derniers hivers, la moitié des ménages déclarent avoir eu froid. 6 sur 10 soulignent des baisses ou des coupures de chauffage par souci d’économie. Les familles sont les plus touchées, qu’elles soient monoparentales ou non. Cet inconfort s’est renforcé avec l’inflation récente. Les 3/4 des ménages ont baissé leur chauffage et la moitié ont retardé son allumage à l’entrée de l’hiver. Ces solutions se sont souvent conjuguées. Si les prix continuent leur ascension, les prochains hivers seront compliqués. 6 habitants sur 10 déclarent ne plus avoir de marge de manœuvre financière pour faire face au froid.

 

Une mobilité en perte de vitesse

La flambée des prix des carburants a rendu les ménages moins mobiles. Les 3/4 ont dû limiter leurs déplacements en voiture. 4 ménages sur 10 se sont reportés sur la marche à pied ou le vélo, 1 sur 10 sur le co-voiturage et 1 sur 10 sur les transports en commun lorsque cela était possible. Les caractéristiques sociales et familiales ne sont pas à l’origine d’un effort supplémentaire. La montée des prix pose d’importantes questions sur la manière dont les ménages organisent leur quotidien. En effet, 6 foyers sur 10 indiquent ne plus avoir de marges de manœuvre financière pour se déplacer.

 

Face à leurs difficultés financières, les familles doivent être soutenues pour faire face à leurs dépenses contraintes structurellement en hausse. Le réseau Udaf-Uraf a établi plusieurs préconisations à destination des pouvoirs publics afin de prévenir des situations budgétaires difficiles et limiter l’inconfort et ses conséquences sur les enfants.

 

Préconisations du réseau Unaf-Uraf-Udaf

  • Revaloriser, dès que possible, les prestations familiales, comme toutes les autres prestations sociales à minima à hauteur de l’inflation constatée et tenir systématiquement compte de la charge d’enfants dans les aides de soutien au pouvoir d’achat.
  • Renforcer l’intégration de la composition familiale dans la fiscalité – notamment environnementale – et compenser toute hausse de taxes indirectes (TVA, TICPE … ) – qui touche davantage les personnes avec charges d’enfants- par un supplément de prestations familiales.
  • Améliorer l’acceptabilité des taxes environnementales en fléchant leur produit principalement sur la transition énergétique et en tenant compte de la charge d’enfants.
  • Développer les dispositifs de conseil et d’accompagnement budgétaires en consolidant le financement des Points Conseil budget et en construisant une chaîne de détection précoce du mal-endettement en lien avec les créanciers et les établissements bancaires.
  • Pour un plan de rénovation globale des logements, généraliser un système de tiers-payant des dépenses de rénovation énergétique pour que la part des travaux financés par l’Etat soit réglée directement aux professionnels après vérification, par ses soins, de la conformité des travaux et sécuriser les familles les plus modestes dans leurs projets de rénovation à travers un accompagnement par un tiers de confiance, attentif à leurs besoins et à leur niveau de reste à charge qui doit rester compatible avec leurs revenus, et via une mobilisation du microcrédit social personnalisé.
  • Elargir le chèque énergie au-delà des ménages situés sous le seuil de pauvreté et relever le montant accordé.

 

> Lire l’enquête « Les familles face à l’inflation » de l’Observatoire des familles

> Site de l’Uraf Bourgogne-Franche-Comté.

Partager l'article :

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre les actualités de notre réseau associatif.